index

" Commençons par « l’affaire » de la soirée désormais connue sous le nom de « l’affaire des écharpes ». Oui, samedi soir, Marcel Allary, le délégué régional du comité Miss France, est rouge de honte, micro en main, sur la scène de la salle Anatole-France de Bergerac : « Geneviève, j’ai oublié les écharpes à la maison. » Dans la salle, les gens rient et applaudissent. « Ho, ce n’est pas la peine d’applaudir... » Jamais dans l’histoire du comité Miss France une telle mésaventure ne s’était produite. Oublier les écharpes, c’est vrai que ça arrive. Mais ce samedi, ça tombe vraiment mal...
Il est donc presque 1 heure du matin. La jeune et jolie Caroline Martin, Miss Aquitaine 2008, prête son écharpe à la jeune et jolie Anna Nieto, Miss Aquitaine 2009. Et pour les photos, il suffit simplement de masquer l’année.
(…)
Sa maman a bien du mal à garder une certaine objectivité : « Je suis tellement fière d’elle. Et chez Anna, l’intérieur est aussi beau que l’extérieur. »
Tant mieux, parce que ce samedi soir, c’est l’extérieur surtout qui compte. Selon quelques indiscrétions recueillies auprès des sources les plus fiables, le jury a suivi le public qui a massivement voté pour Anna.
(…)
écharpe ou pas, Saint-Michel-de-Double compte enfin une Miss Aquitaine. Voilà un argument promotionnel de toute première importance.

La soirée fut comme toujours un peu longue, mais ponctuée de quelques beaux moments. Chaque candidate a dit un mot au micro. Et ce fut comme une torrentielle averse de bonheur. « Tant mieux si nous pouvons apporter un peu de légèreté dans ce monde de brutes », a soutenu Leslie Delofeu. Pauline Lefèvre a supplié le public : « Je me destine à une carrière bancaire, à moins que vous ne changiez ce soir le cours de ma vie. » C’est vrai que la banque, en ce moment… La Périgourdine Amélie Chambonnet a donné de l’espoir à tous : « On peut aimer le foie gras et être svelte. » Enfin, Amanda Dubos eut des mots si beaux qu’il ne faut rien dire ensuite : « Vous savez, une Miss a de multiples visages. Alors retenez que beauté sans bonté n’est qu’une lumière sans clarté. » "

Sud-Ouest

2008 | octobre | annoter